Nouvelles du frontPortraits

La légende de La Saga des Chroniques de la Quête de l’Arruan… Chapitre 2


Chers amis, nous sommes mercredi soir, et à défaut de retrouver l’entrainement et le gout de l’effort qui est notre marque de fabrique, nous retrouvons la fabuleuse expédition du moustachu le plus célèbre de son foyer !!!

« …Jean-Luc et son nouveau compagnon avaient parcouru déjà plusieurs lieues quand ils arrivèrent face à un paysage de désolation. Ils s’arrêtèrent, figés dans la contemplation d’un complexe militaro-industriel en ruine, balayé par un vent toxique, qui seul répondait aux bruits de mastication de rats décharnés, grouillants sur les cadavres en putréfaction de ce lieu dévasté.
Soudain, un cri rauque déchira l’atmosphère pesante (« J’AAAAIIIII !!!!!« ), au moment exact où Jean-Luc décrottait pour la 5e fois ses baskets neuves (un rat mutant chie à peu près 16 fois son poids par jour.)…
Notre jeune héros remonta son slip et pénétra dans un immeuble désaffecté d’où semblait venir l’odieux son. Pénétrant dans un épais brouillard électrique déchiré part les zèbres des néons clignotants, il vit celui qui deviendrait par la suite son flanker/sécateur émérite.

L’ancien docteur Marc, devenu Mister Marcel, grand échalas au physique émacié, torse nu dans un reste de blouse déchiquetée, aux bras ballants terminés par des griffes prêtes à tout faucher. Cet ancien étudiant laborantin en pharmaceutique fut mordu par une araignée mutante qui sentait l’ail, est tombé dans un bac d’acide au citron vert, qui déborda sur le moteur nucléaire de son propre labo, qui explosa avant d’être frappé par la foudre… La légende raconte qu’il venait de gagner au loto… Il perdit définitivement la raison et le peu d’humanité qu’il lui restait en découvrant qu’il était admis à l’Éducation Nationale…

Notre futur président, déjà possesseur d’une fine compréhension de l’âme humaine, saisit tout le danger et l’aspect critique de la situation qui risquait de lui couter la vie au moindre faux pas et décida de faire appel à la raison de la bête (à défaut de la sienne, qu’il n’avait jamais rencontré). Adepte des tactiques pondérées et ayant étudié l’art de la négociation auprès des plus grands du GIGN, il déclara : » Hé, sal’batard ! J’vais défoncer ta face de rat et tu vas me suivre bien gentiment après !!!« .
Je vous fais grâce du combat épique qui suivit ces paroles pondérées et apaisantes mais, à la nuit tombée, aucun de nos combattants ne sortit vainqueur… Les deux guerriers, soudés dans l’épuisement, sortirent doucement dans la nuit étoilée. Calmement, apaisés, hors du temps, ils firent face à l’immensité de la voute céleste. Humblement, Jean-Luc se retournât vers son nouveau compagnon et déclama, pointant son index vers le ciel illuminé : « Tu vois ces étoiles en forme de slip ? Eh bien, c’est la constellation du Kangourou… ».
Et sur ces paroles passées à la postérité, rejoints par leur ami faune, ils s’élancèrent sur la route de leur destin hors norme… ».

Une réflexion au sujet de « La légende de La Saga des Chroniques de la Quête de l’Arruan… Chapitre 2 »

Laisser un commentaire